DES DUALITES DE LA VIE et DES RESPONSABILITES

Posté le 25 juin 2008

                             

La vie est constituée de dualités : bien-mal ; bonheur-malheur ; vie-mort ;  ici-bas et là-haut ; jour-nuit ; blanc-noir… etc. Il y’à des proverbes et citations qui sont basés sur ces dualités : Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait… On peut citer des dualités jusqu’à l’infini.

On peut procéder par succession comme : bien, bon, bonheur, réussite, succès, récompense…etc. et à l’opposé chercher les mots contraires dans une ambivalence à même de saturer le dictionnaire. Parce qu’il s’agit bien d’une ambivalence, c’est-à-dire: deux composantes de sens contraire et non d’une ambiguïté, laquelle suppose plusieurs sens à ses composantes. On peut procéder aussi par classification : il y’a des dualités naturelles ; et des dualités dues à l’action humaine ; telle que : riche pauvre ; instruit-analphabéte ; paix-guerre…

Une dualité suppose toujours la cœxistence de deux éléments différents ou de nature différente. Il y’a des dualités intrinsèques et d’autres qui sont extérieures. Le fait de penser dans un sens et un autre à la fois est une dualité intrinsèque. Comme il y’a aussi à l’intérieur de nous-même le conscient et l’inconscient, les sentiments contradictoires comme l’amour et la haine…etc. C’est cette dualité psychologique qui caractérise l’action humaine qui est elle-même de plusieurs catégories: action volontaire et action involontaire ; action sociale et action individuelle…

Il faut comprendre le sens et le système des dualités. Cette compréhension est très importante car elle nous permet de connaître la société en particulier et le monde dans lequel nous vivons en général. Peut être à partir de là on peut comprendre le système de l’alternance en politique. Même les mots et les textes n’échappent pas à la règle des dualités ni au principe de l’ambivalence. C’est pourquoi ils ont généralement un double sens ; je suis même tenté de dire : double sens dans le double sens ; le double sens dans l’exotérique et l’ésotérique. D’où cette règle magique de la grammaire arabe pour expliquer des mots vraiment ambivalents  :  Les deux sens sont valables      يجـوز فيهـا الوجهـان        Parmi les dualités – hormis celles innées ou naturelles – on est censé choisir le volet du bien en toute âme et conscience ; voire, on est sensé combattre le coté du Mal. Ceux qui optent pour le coté du mal, ne sont pas sociables tout simplement, peut-être parce qu’ils n’ont pas eus les mêmes initiations, la même éducation, voire l’environnement adéquat pour le bon développement de leurs facultés morales et intellectuelles et de leur situation sociale, que la majorité des gens. Mais cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de responsabilités là dedans. Alors, qui est responsable de ce disfonctionnement?

À partir de l’approche de la responsabilisation, le rétablissement de cette situation incombe en grande partie aussi bien à ces personnes et à leur famille, qu’à la Formation Sociale en général et à l’école en particulier, et aux responsables qui n’assument pas les prérogatives qui leurs sont dévolues. Dans ce cas, il faut avoir le courage de se dessaisir des devoirs et charges qu’on estime assez lourds.

Il y’a une notion fondamentale qui, telle une loi ou règle de droit, nul n’est censé ignorer, c’est qu’il ne faut jamais se dessaisir de ses responsabilités et  rejeter tout sur les tiers comme étant les seuls responsables de nos malheurs et de celles de la société. Il faut se dire constamment : si je ne fais pas mon devoir personne ne le fera à ma place.  

Oui, Nous sommes tous Responsables. Qui ça : Nous ? Eh bien, moi, toi, l’autre…chacun de nous et tous ensemble, et cela avant d’arriver à la Société et à l’Etat. Chacun à une part de responsabilité, et chacun doit assumer sa responsabilité. On doit tout d’abord tracer les grandes lignes de la responsabilité et à l’inverse, modeler un code, ou du moins un canevas  des actions à éviter pour justement assumer pleinement notre responsabilité.

Au réfléchir sur le système des dualités, on constate qu’ils ont un rapport trop étroit avec la dialectique. La dialectique suppose la confrontation de deux idées totalement différentes, mais en relation l’une avec l’autre, de façon vitale, sans quoi leur confrontation n’aboutirait à aucun résultat. Il s’agit de la thèse et l’antithèse, qui, à partir de leur confrontation résulte la synthèse.

Les dualités constituent la vie, laquelle est une vraie dialectique avec une thèse, une antithèse et à partir du rapport entre les deux, résulte la synthèse. C’est extrêmement simple. Cette synthèse, c’est la vie elle-même. Et la vie est notre première grande responsabilité, à partir de laquelle découlent toutes les responsabilités.

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire