De la condition du Monde Arabe

Posté le 4 novembre 2008

 

Deux événements survenus cette semaine viennent attester de la condition du Monde Arabe. Premièrement, la présentation d’un projet de loi pour l’amendement de la Constitution par le Président Algérien qui va briguer un troisième mandat, bien sûr en tant que candidat unique et tout ce qui s’en suit… Deuxièmement, la désignation de Barcelone pour abriter le siège du Secrétariat de l’Union Pour
la Méditerranée.

Il faut noter d’abord que les deux événements proviennent de l’Algérie qui se voulait le leader du Monde Arabe, ou encore du Tiers Monde quand le Mouvement du Non Alignement était à son apogée lors de la guerre froide.

Il va sans dire que pour le premier événement, l’Algérie ne fait que suivre l’exemple de la Démocratie dans plusieurs pays arabes notamment la Tunisie, l’Egypte, la Syrie. Ou encore
la Lybie et le Yémen. Et regardez en plus ce qui se passe au Liban, en Mauritanie, au Soudan, en Somalie et en Djibouti. Sans parler de l’Irak et de la Palestine. Mais… c’est tout le Monde Arabe aux régimes républicains ! Le reste c’est des Royaumes ou des Principautés.

Si je peux me permettre un raccourci en deux temps :

- Les pays arabes doivent adopter à l’unanimité le régime Royale ou de Principauté. Cela convient tout au moins aux dirigeants arabes.

Quant à la désignation de Barcelone pour abriter le siège du Secrétariat de l’Union Pour
la Méditerranée c’est un tout autre problème, dont le dénouement est difficile. Mais, permettez-moi encore cet autre raccourci : ittafaqa al ârab âla an la yattafiqooooo!

Il n'y a actuellement pas de commentaire pour cet article.

Laisser un commentaire