• Accueil
  • > Archives pour décembre 2009

Archives

Archive pour décembre 2009

A/S de la renégate Aminatou Haydar

Dans l’affaire dite Aminatou Haydar, il y a beaucoup à dire et il en res tera encore.

          Premièrement c’est une affaire à caractère purement intérieur, car s’agissant d’une citoyenne tout à fait marocaine mais qui a préféré exercer un zèle de rebelle. L’affaire relève du ressort du ministère de l’intérieur qui devait par la suite aviser le ministère de la Justice. Ce dernier prendrait la décision de poursuivre l’intéressée pour les faits qu’elle a accomplie ou non.

          Mais, par excès de zèle, les autorités marocaines ont décidé son expulsion de l’aéroport de Laâyoune. Cela a été pris sûrement en concertation avec tous les organes qui s’occupent du dossier du Sahara, en l’occurrence : les Affaires Etrangères, les Renseignements Généraux, l’Intérieur, le Conseil Royal Consultatif pour les Affaires du Sahara… et en concertation, ils ont opté pour qu’elle n’entre pas en territoire marocain. Mais grave encore, ils ont décidé de médiatiser l’incident et en parallèle de le politiser à travers un scénario préparé à l’avance et qu’ils ont jugé bien ficelé avec des acteurs en passe de chômage prêts à jouer n’importe quel rôle. Les leaders des partis politiques et les ministres concernés ont été convoqués pour prononcer une déclaration à peu près identique et bla bla bla…. Unanimité absolue : pas une seule objection, ne serait ce que pour engager un vrai débat démocratique, d’autant plus que s’agissant d’une marocaine, la question de l’expulsion ne devait pas être évoqué, et elle devait plutôt être introduite devant la justice de son pays et assujettie au droit pénal marocain comme n’importe quelle autre citoyenne marocaine pour les raisons suivantes :

-         Primo par respect à l’Etat de Droit qu’il faut prévaloir et ne pas confondre avec l’oppression ou l’injustice, en garantissant le principe de l’autonomie du pouvoir judiciaire.

-         Secundo cela aurait permis une mise à niveau des droits de l’homme et de la femme et mettre fin à la série des impunités, quitte à en faire une humble victime au lieu de l’effrontée héroïne que les autorités ont en fait.

-         Tercio cela aurait évité de récidiver sur le cas d’Abraham Serfati qui constituait une référence d’une majeure importance.

          Il faut noter que la médiatisation est orientée vers l’opinion intérieure en grande partie ; alors que l’opinion publique internationale est presque évitée. Il reste à en tirer les conclusions.

          Le premier acte de la scène se passe ainsi. A la base du deuxième acte les autorités marocaines vont opérer un demi tour de 180°.

          On assiste alors à une deuxième décision, contraire à la première : La permission est donnée à Aminatou Haydar pour rentrer au pays « pour des raisons humanitaires » a-t-on déclaré. Alors, nouveau scénario (simplement renversé)… médiatisation…politisation… …opinion nationale in… opinion publique internationale out… mêmes acteurs : effrontés politiciens, tels des sophistes surgis de l’antique Grèce, capables de défendre les thèses les plus contradictoires, usant d’une notion de communication tellement archaïque, orientée exclusivement vers l’intérieur, nulle et non avenue vis à vis de l’extérieur.

          Ainsi se présentent la thèse et l’antithèse ; il va de soi qu’il reste d’en tirer la synthèse. Le soin est laissé au lecteur.

          Une dernière question : Qu’est ce que les autorités marocaines espéraient de la prétendue ?

          Des excuses… remerciements… regrets… un revirement de sa part traçant – à leur instar – un demi tour de 180°.

                   Non, rien de tout cela ne vient à l’esprit de la prétendue. Hier, elle a mené une propagande en faveur du Polisario !