Catégorie

Archive pour la catégorie « Non classé »

A/S de la renégate Aminatou Haydar

Dans l’affaire dite Aminatou Haydar, il y a beaucoup à dire et il en res tera encore.

          Premièrement c’est une affaire à caractère purement intérieur, car s’agissant d’une citoyenne tout à fait marocaine mais qui a préféré exercer un zèle de rebelle. L’affaire relève du ressort du ministère de l’intérieur qui devait par la suite aviser le ministère de la Justice. Ce dernier prendrait la décision de poursuivre l’intéressée pour les faits qu’elle a accomplie ou non.

          Mais, par excès de zèle, les autorités marocaines ont décidé son expulsion de l’aéroport de Laâyoune. Cela a été pris sûrement en concertation avec tous les organes qui s’occupent du dossier du Sahara, en l’occurrence : les Affaires Etrangères, les Renseignements Généraux, l’Intérieur, le Conseil Royal Consultatif pour les Affaires du Sahara… et en concertation, ils ont opté pour qu’elle n’entre pas en territoire marocain. Mais grave encore, ils ont décidé de médiatiser l’incident et en parallèle de le politiser à travers un scénario préparé à l’avance et qu’ils ont jugé bien ficelé avec des acteurs en passe de chômage prêts à jouer n’importe quel rôle. Les leaders des partis politiques et les ministres concernés ont été convoqués pour prononcer une déclaration à peu près identique et bla bla bla…. Unanimité absolue : pas une seule objection, ne serait ce que pour engager un vrai débat démocratique, d’autant plus que s’agissant d’une marocaine, la question de l’expulsion ne devait pas être évoqué, et elle devait plutôt être introduite devant la justice de son pays et assujettie au droit pénal marocain comme n’importe quelle autre citoyenne marocaine pour les raisons suivantes :

-         Primo par respect à l’Etat de Droit qu’il faut prévaloir et ne pas confondre avec l’oppression ou l’injustice, en garantissant le principe de l’autonomie du pouvoir judiciaire.

-         Secundo cela aurait permis une mise à niveau des droits de l’homme et de la femme et mettre fin à la série des impunités, quitte à en faire une humble victime au lieu de l’effrontée héroïne que les autorités ont en fait.

-         Tercio cela aurait évité de récidiver sur le cas d’Abraham Serfati qui constituait une référence d’une majeure importance.

          Il faut noter que la médiatisation est orientée vers l’opinion intérieure en grande partie ; alors que l’opinion publique internationale est presque évitée. Il reste à en tirer les conclusions.

          Le premier acte de la scène se passe ainsi. A la base du deuxième acte les autorités marocaines vont opérer un demi tour de 180°.

          On assiste alors à une deuxième décision, contraire à la première : La permission est donnée à Aminatou Haydar pour rentrer au pays « pour des raisons humanitaires » a-t-on déclaré. Alors, nouveau scénario (simplement renversé)… médiatisation…politisation… …opinion nationale in… opinion publique internationale out… mêmes acteurs : effrontés politiciens, tels des sophistes surgis de l’antique Grèce, capables de défendre les thèses les plus contradictoires, usant d’une notion de communication tellement archaïque, orientée exclusivement vers l’intérieur, nulle et non avenue vis à vis de l’extérieur.

          Ainsi se présentent la thèse et l’antithèse ; il va de soi qu’il reste d’en tirer la synthèse. Le soin est laissé au lecteur.

          Une dernière question : Qu’est ce que les autorités marocaines espéraient de la prétendue ?

          Des excuses… remerciements… regrets… un revirement de sa part traçant – à leur instar – un demi tour de 180°.

                   Non, rien de tout cela ne vient à l’esprit de la prétendue. Hier, elle a mené une propagande en faveur du Polisario !



Un homme exceptionnel vient de nous quitter

Un homme exceptionnel vient de nous quitter à l’Aube du Vendredi 07 Novembre 2008. L’Aube, Al Fajr, temps précieux pour l’accomplissement de la première prière du jour pour les musulmans, et bien sûr, le Vendredi est un Jour sacré. C’était un homme sympathique, gentil, qui aime faire le bien et qui était doué d’une mansuétude sans égal.

A homme exceptionnel, mort exceptionnelle, par un climat exceptionnel. Et d’autres choses exceptionnelles ont suivi cet événement… La prière pour le défunt fut exceptionnelle, car accomplie après la Salat Addohr ce même jour de Vendredi qui était très ensoleillé après des jours de pluie et de froid vraiment hivernal… Les gens qui sont venues de tous parts présenter les condoléances, entre proches et amis, femmes, hommes et enfants…c’était également quelque chose d’exceptionnel. Et comme de coutume, un Diner est offert à la mémoire du défunt à une présence estimée à plus d’une centaine d’hommes et une centaine de femmes, et qui de plus s’est passé dans de très bonnes conditions ; n’est ce pas exceptionnel?

Haj M’hammed BOUASBA, décédé à l’âge de 82 ans était un homme aimé de tous ceux qui l’ont côtoyé, et tout le monde était unanime en ce qui concerne sa bonté, sa piété et sa dévotion. L’ayant connu durant toute une vie et côtoyé jusqu’avant sa mort, j’ai l’intime conviction qu’il va franchir- avec la Volonté d’Allah- les 100 milles lieues dans les sentiers du Paradis, avec la plus grande aisance.

La mort de mon père me rappela le Requiem organisé à l’église Notre Dame de Paris pour le repos de l’âme de sœur Emmanuelle décédée le mois d’Octobre dernier à l’âge de 99 ans ; cette femme qui a consacré sa vie pour prêter aide et assistance aux démunis, notamment les chiffonniers d’Egypte entre autres… avec toutes les différences que l’on peut relever de leur vivant. Mais la Mort est la même pour tous les êtres humains nonobstant leur convictions religieuses, puisque toutes les religions sacralisent la mort en tant qu’événement humain qui trace la fin de la vie terrestre et le commencement d’une autre Vie.

La Solidarité et la Compassion exprimées lors de la présentation des Condoléances aident les membres de la famille du défunt à surmonter la Douleur; et l’organisation du Requiem ou du Îchaa permettent de briser le vide et remplacer l’absence par le soulagement. Ce sont généralement les expressions dites lors de la présentation des condoléances. Parmi les prieres citées à la mémoire des morts, il y’en a une qui est trés significative: « puisse Dieu rendre sa tombe en jardin de paradis »

Toute chose relative au rituel religieux doit être comprise dans le sens symbolique car il ne faut pas confondre ni mélanger ce qui est humain et le Divin.On a beau assister à la mort, mais quand un cher proche nous quitte, on la subit.



De la condition du Monde Arabe

 

Deux événements survenus cette semaine viennent attester de la condition du Monde Arabe. Premièrement, la présentation d’un projet de loi pour l’amendement de la Constitution par le Président Algérien qui va briguer un troisième mandat, bien sûr en tant que candidat unique et tout ce qui s’en suit… Deuxièmement, la désignation de Barcelone pour abriter le siège du Secrétariat de l’Union Pour
la Méditerranée.

Il faut noter d’abord que les deux événements proviennent de l’Algérie qui se voulait le leader du Monde Arabe, ou encore du Tiers Monde quand le Mouvement du Non Alignement était à son apogée lors de la guerre froide.

Il va sans dire que pour le premier événement, l’Algérie ne fait que suivre l’exemple de la Démocratie dans plusieurs pays arabes notamment la Tunisie, l’Egypte, la Syrie. Ou encore
la Lybie et le Yémen. Et regardez en plus ce qui se passe au Liban, en Mauritanie, au Soudan, en Somalie et en Djibouti. Sans parler de l’Irak et de la Palestine. Mais… c’est tout le Monde Arabe aux régimes républicains ! Le reste c’est des Royaumes ou des Principautés.

Si je peux me permettre un raccourci en deux temps :

- Les pays arabes doivent adopter à l’unanimité le régime Royale ou de Principauté. Cela convient tout au moins aux dirigeants arabes.

Quant à la désignation de Barcelone pour abriter le siège du Secrétariat de l’Union Pour
la Méditerranée c’est un tout autre problème, dont le dénouement est difficile. Mais, permettez-moi encore cet autre raccourci : ittafaqa al ârab âla an la yattafiqooooo!



Le Champ Politique Marocain

Les origines des partis politiques marocains :

On peut détecter trois sources : 1 – Le Nationalisme Marocain : Il s’agit de la source principale qui a contribué à la fondation des partis politiques.  2 – La doctrine Marxiste-léniniste. 3 – Les échéances électorales et les scissions des partis.  Trois partis avaient vu le jour pendant le Protectorat : Le Parti de l’Istiqlal (P.I.), le Parti de
la Choura et l’Istiqlal et le Parti Communiste Marocain (P.C.M.). 
I – Le Nationalisme Marocain : Le Parti de l’Istiqlal (P.I.) est né au sein de la lutte nationale pour l’indépendance, et de là émane son nom. Il fût le plus fructueux et donna naissance à l’U.N.F.P. en1959 ; ce dernier, suite à la stagnation opéré à son encontre en1960, a accouché de plusieurs groupuscules entre 1963 et 1971, dont les mouvements Ila Al Amam et 23 Mars, avant de donner naissance à l’U.S.F.P. en 1975. Il faut souligner le contexte nationaliste dans lequel sont constitués les partis politiques marocains. Parce que c’est le contexte de la légalité historique et populaire que vont chercher les différentes formations politiques après l’indépendance, et c’est pourquoi tous les partis politiques réclament être le prolongement de l’armée de libération et de la résistance. 
Ainsi s’est fondé le Mouvement Populaire (M.P.) qui va lui aussi donner naissance à plusieurs partis portant la dénomination « Mouvement », notamment le Mouvement National Populaire (M.N.P.) et le Mouvement Démocratique et Social (M.D.S.) Le Dr Abdelkrim Al Khatib, figure de proue et chef de l’Armée de Libération, fonde en1967 avec la dénomination précitée, son parti à référentiel religieux suite à la proclamation de l’état d’exception en 1965 ; c’est le Mouvement Populaire Constitutionnel et Démocratique qui va changer de nom et devient le Parti pour le Développement et
la Justice (P.J.D.) en 1998. 
II – À partir de la doctrine marxiste-léniniste va se constituer d’abord le Parti Communiste Marocain qui va entamer une longue lutte avec le pouvoir avant d’accepter de changer de nom pour obtenir sa légitimité en 1974. Le Parti du Progrés et socialisme ( PPS) va être scindé en 2 et Thami Khyari fonde le Front des Forces Démocratiques (F.F.D.) en 1997. Une autre formation politique va réclamer être l’héritière de l’armée de libération et du mouvement de la résistance, tout en adoptant la doctrine marxiste-léniniste et va lutter également longtemps avant de se voir légalisée par les autorités après le retour d’exil de son leader Ben Saïd Ait Idder en 1983, il s’agit de l’Organisation pour l’Action Démocratique Populaire (O.A.D.P.) qui va entamer une fusion avec le Parti de la Gauche Socialiste Unifié (P.G.S.U.) constitué en 2002, pour fonder
la Parti Socialiste Unifié (P.S.U.) 
III – Les échéances électorales sont des moments propices pour la constitution des partis politiques, mais également de nombreuses scissions. Ce furent d’abord des 1ers ministres qui créèrent leur parti : -  Le 1e premier ministre du genre est Ahmed Osman qui crée le Rassemblement National des Indépendants (R.N.I.) en 1978 après les élections législatives de 1977 en rassemblant, suite à la constitution d’un groupe parlementaire de 167 députés, les élus au Parlement sans appartenance politique.  -  Le 2e premier ministre à constituer un parti fût Maâti Bouâbid avec l’Union Constitutionnelle (U.C.) en 1983, de la même manière que son prédécesseur, après les élections de 1982. -  Le ministre du travail Mohammed Arsalane El Jadidi entame une scission du R.N.I. et fonde en Juin 1982 le Parti National Démocrate (P.N.D.). -  Le 6 ème  congrès de l’U.S.F.P. tenu en 2003, a marqué des tergiversations au sein de ce parti dont les leaders ne voulaient pas céder la place aux nouvelles générations, notamment
la Jeunesse Usfpéiste et les syndicalistes de la Confédération de Mohammed Noubir Al Amaoui qui demandaient la reconnaissance des courants au sein du parti. Et justement ces courants se sont retirés du parti, soit pour former de nouveaux partis, soit pour rallier d’autres. C’est ainsi que fût crée le Parti Travailliste de Abdelkrim BenAtiq, le Parti de l’Avant-garde Socialiste (P.A.D.S.) de Ahmed Benjelloun en compagnie de Maître Abderrahmane BenAmeur. L’Action Démocratique de Ahmed Hezenni, et le Parti du Congrès National Ittihadi (P.C.N.I.) de Abdelmajid Bouzoubaâ. Ce dernier, se déclare le véritable U.S.F.P. avançant l’accusation de truquage des élections du 6ème congrès, à l’instar d’ailleurs du même parti lorsqu’il avança la même accusation à l’encontre de l’U.N.F.P. Qui dit que l’histoire ne se répète pas?. 
En même temps, le courant « Fidélité à la démocratie » avec Mohammed Sassi rejoint un autre parti de gauche. 
Petite réflexion :  Après plusieurs scissions, notamment au sein de la gauche, surtout de l’U.S.F.P., j’ai cru un instant que d’habiles tacticiens manigancent aux fins d’aboutir à une quelconque stratégie politique… N’est ce pas bizarre que des gens – des notabilités même – se présentent à des élections générales dans leur circonscription – leur fief- et mènent des campagnes électorales publiques générales, libres, financées pas l’argent des contribuables S.V.P.! – Résultat négatif en toute Glasnost… effrontés est un mot qui ne reflète pas la témérité des uns. Ils veulent absolument devenir ministres et c’est à leur parti de les présenter en tant que ses candidats. N’est ce pas le pari de ces figures égocentrés, nous obligeant par une publicité gratuite commanditée par une chaîne de télévision monopoliste, en passe de se croire les idoles de la nation et leaders du peuple. Je ne veux pas nommer : Driss Lachgar, Abderrafiî Jwahri, Mohammed El-Achâari, Abdelkrim BenAtiq, Nabil BenAbdellah, Mohammed Boutaleb, M’hammed El Khalifa, Abdelhadi Khayrate entre autres; sinon, ils vont mener des campagnes offensives qui détruiraient tout dans leurs traversées, en premier lieu leur parti. Donc, perdant aux élections générales ; échouant quant à la proposition ministérielle ; et surtout après avoir participé à l’émiettement de leur parti consécutif, les voilà maintenant de retour pour une nouvelle tentative : Européaniser ce qu’ils ont Balkanisé càd réunir ce qu’ils ont divisé : Réunir
la Gauche. Rappelons-nous, il n’y a pas longtemps quand ils essayaient de
constituer leur parti, chacun de son côté, c’était la grande gloire ; tellement ils étaient sûrs de rafler toute la gauche, ou du moins ses leaders et notoires, pour se constituer en seuls meneurs et monopolisant la scène politique….et vous connaissez la suite. D’ailleurs, c’est pourquoi l’ U.S.F.P. n’a pas répondu présent à leur secours; encore qu’il a ses chats à fouetter. 
L’émiettement et l’éloignement des principes d’antan continuent de suivre une progression sans cesse montante : jugez en par ces trois cas : – le 8e congres USFP… – Comportement de Mr Ahmed Herzeni Président du CCDH… – Comportement de Mr Khalid Naciri, Ministre de la Communication, Porte Parole du Gouvernement…et j’en oublie… 

Comportement personnel – égoïsme – égocentrisme : je crois qu’on est très loin du projet sociétal, moderniste et démocrate ; et surtout d’une société démocratique, libérale et moderne, car chacun de nous – et surtout nos leaders ; ou du moins ceux qu’on croit être leaders ; ou encore ceux qui se proposent pour être leaders – ne cherchent en fin de compte que leurs intérêts personnels. Mais ce qui est grave dans cet amalgame, c’est le manque de vision prospective pour un avenir meilleur et que personne ne porte, ne serait ce que les germes d’un projet communautaire… et c’est cela qui fait mal. En guise d’épilogue, il s’agit là d’une description historique de la constitution du champ politique marocain, certes incomplète, mais absolument nécessaire pour entamer les études dont les conclusions serviraient pour la compréhension de l’herméneutique de la spécificité marocaine y inhérentes d’ordre socio-économique, culturel…accompagnée de la petite reflexion.  Tentatives de coalitions et d’union -  La Koutla Démocratia avec les socialistes (USFP, PCNI, PSU, PS, accumulant 51 sièges – le P.I. avec ses 51 sièges – le PPS 17 et le FFD 9 sièges) soit un total de 128 sièges. -  Les mouvements populaires (MP-MNP, MDS) accumulant 50 sièges  -  Les partis à tendance islamistes accumulant 51 sièges. -  Les partis de droites (RNI – UC – PND – AL AHD) accumulant 94 sièges. Ce sont là, les grandes coalitions possibles.  La dernière tentative dans le domaine nécessite un peu de temps avant d’êtr traitée.                                                                                                                                                             A suivre… 
 



Le Mouvement Associatif

La Société Civile est définie comme étant le domaine organisé de la vie sociale, ayant trois principales caractéristiques, à savoir : - Volontariat  - Autosuffisance  -  Autonomie vis-à-vis de l’Etat. Cette définition aux trois caractéristiques est très importante car elle va nous permettre l’assainissement du Mouvement Associatif marocain, notamment de ceux qui profitent de la moindre occasion pour les choses qu’on connaît. De façon générale, la Société Civile regroupe toutes les actions et groupements agissant dans un cadre associatif. Le Mouvement Associatif – c’est-à-dire l’ensemble des associations civiles – constitue l’une des composantes les plus importantes des corps intermédiaires entre les autorités publiques et la société civile. Il cherche une place de partenariat avec et aux cotés de l’administration qui jusqu’à une date récente le considérait comme un élément intrus qu’il faut combattre et éloigner parce qu’il risque de fauter l’image autoritaire de son autorité. Les premières associations à être constituées revêtaient un caractère généralement culturel, au niveau des régions, selon le découpage administratif officiel. Elles étaient souvent parrainées par des notabilités officielles également (ex-ministres – conseillers du roi – présidents d’universités – présidents de communes des grandes villes…), elles étaient très mal vues et c’est pourquoi la presse de l’opposition à l’époque les appelaient : les Associations des Oueds et Plaines ; elles étaient au nombre de dix. 

Il y en a qui compte parmi la société civile : les partis politiques dont le champ d’action est limité à la politique dans le but d’accéder au pouvoir; les syndicats des ouvriers et des patronats dont le champ d’action est limité à la défense des droits de la classe ouvrière et du patronat organisé par le code social et aussi les associations qui s’occupent des droits de l’homme dont le champ d’action est l’application convenable de la loi. Ce sont là des groupes de pression qui luttent certes pour l’amélioration d’une partie de la société mais dans un domaine spécifique, déterminé avec des objectifs précis et une adhésion spécifique et restreinte. Pour ces raisons on va limiter l e Mouvement Associatif aux seules associations civiles. 

Bien que la loi régissant les associations au Maroc date de 1958, le tissu associatif n’a connu une grande émergence qu’à partir de1990, pour faire face aux contraintes économiques et sociales et à la pression de la demande aussi bien intérieure qu’extérieure. L’Etat Marocain s’est vu obligé de procéder à la création de quelques Associations Civiles et Organisations Non Gouvernementales (O.N.G.), avant que d’autres acteurs ne s’investissent dans le domaine pour les dites raisons, profitant du climat politique devenu de plus en plus ouvert sur la réalité sociale, avec l’avènement d’un nouveau Roi ayant déclaré dans l’un de ses premiers discours : le nouveau concept d’autorité. 

Ces nouveaux corps essayent d’assumer une partie des responsabilités dans la gestion de la chose publique, chacun d’un centre d’intérêt qui lui est particulier, mais en général : culturel ; sportif ; religieux ; artistique ; humanitaire ; environnemental, de développement local…et des fois regroupant plusieurs de ces spécialités à la fois, s’activant localement ou à l’échelon national. 

Si on compte aujourd’hui au Maroc quelques 38.500 associations selon une récente déclaration du ministre du développement social, de la famille et de la solidarité, il faut noter que le chiffre est très, très gonflé, pour diverses raisons dont l’exercice de quelques activités oblige les concernés à constituer une association. En voici quelques unes à titre d’exemple : - L’exploitation d’une salle de sport. 

- La construction d’une mosquée de la part des particuliers, et la collecte d’argent des bienfaiteurs et sa gestion après la construction. 

- La constitution d’un groupe artistique, musical ou théâtral. 


A signaler également que plusieurs associations, une fois constituées, restent inactives par manque de moyens ou simplement manque d’imagination. D’autres associations, notamment celles parrainées par des notabilités ne s’activent que pour pérenniser et faire perpétuer le nom et l’image du fondateur dans une propagande notoire à l’instar d’un genre publicitaire qui a uniquement pour but de rappeler au consommateur le nom du produit. Plusieurs autres associations sont sponsorisées par l’Etat ou simplement exploitées par des établissements publics aux fins de recevoir l’aide de l’Etat ou plus encore des bailleurs de fonds étrangers dans le cadre appelé abusivement partenariat, bien que l’apport de la partie marocaine n’est constitué que des deux fameux éléments : pauvreté et précarité. 

Madame la Ministre, en l’occurrence Nouzha Sqalli, a répondu à une question relative à la prolifération démesurée des associations en affichant une langue de bois caractéristique à une administration d’antan, qu’il s’agit d’un point positif et que la création de 10.000 autres association ne pose aucun problème à son ministère ( au budget dérisoire !). 

Pour les raisons précitées, il faut dire qu’on est loin des associations et O.N.G. de l’Occident qui sont vraiment autonomes et ont leurs propres moyens qui leur permettent l’autosuffisance. Au Maroc le slogan affiché est : telle société, telle association, et les deux éléments pauvreté et précarité reviennent souvent, sinon toujours. Ces deux éléments contraignent les associations à aspirer au statut d’Association Utilité Publique pour bénéficier des subventions du ministère. Et pour ce faire, elles doivent justifier d’un budget autonomes et de quelques ressources financières ainsi que la réalisation de projets. Ceci est un point positif qui incite les associations à oeuvrer pour le bien d’un côté et de limiter le nombre des demandeurs d’un autre. Il faut que les associations se regroupent dans un cadre associatif organisé avec des objectifs définis aux fins de contribuer à l’encadrement du citoyen et participer aux débats relatifs au développement, à la démocratisation et la libération du potentiel humain, d’une manière orientée vers l’avenir, tout en constituant un vrai partenariat institutionnel de la politique publique. Il faut que la soumission à l’Aide et à l’Assistanat de l’Etat ou des bailleurs de fonds étrangers se transforme en Volontariat et Citoyenneté et en vrai Partenariat. Si l’entreprise marocaine est sujette économiquement à la mise à niveau ; les associations doivent de même être sujette à telle opération en vue de la réhabilitation du mouvement associatif afin d’améliorer les capacités à même de secouer l’attentisme et d’accompagner les ambitions via l’élaboration d’une charte de la déontologie capable de consolider les valeurs intrinsèques à l’action sociale et la création d’un Conseil Supérieur tout en évitant le gel. Car il ne faut pas croire que la création d’un tel Conseil est une fin en soi. Il ne s’agit que d’un cadre de réglementation. 



UN PEU DE POESIE

                     Je vous propose ci-dessous un joli poème de Verlaine intitulé LE CIEL EST PAR-DESSUS LE TOIT.  Il s’agit d’un poème écrit avec un vocabulaire on ne peut plus simple. Imaginez le poète assis dans un endroit limité et restreint. Au fait, il était incarcéré dans une prison en Belgique pour tentative de meurtre sur son ami le poète Rimbaud. Dans sa cellule, il n’avait rien à voir, hormis quelques choses et objets de part sa fenêtre : – le toit de sa cellule – le ciel – un arbre – une cloche d’église et un oiseau. Comme il n’a personne à qui parler, il parle à ces choses et les écoute : l’arbre qui berce sa palme ; la cloche qui tinte ; l’oiseau qui chante et enfin une rumeur paisible qui lui arrive de loin. A partir de ce qu’il voit, il essaye de décrire son destin. Il ne décrit pas le lieu ou les choses, il n’explique rien ; mais il va au-delà des formes, vers les symboles, vers ses sentiments intérieurs. Quelle est la relation entre ce Monde tellement vaste et la petite personne du poète? Question d’ordre philosophique existentialiste ; le poème reste ouvert sur l’interrogation.

LE CIEL EST PAR-DESSUS LE TOIT

Le ciel est, par-dessus le toit,

 Si bleu, si calme !

Un arbre, par-dessus le toit,

Berce sa palme.

La cloche dans le ciel qu’on voit,

Doucement tinte.

Un oiseau sur l’arbre qu’on voit.

 Chante sa plainte.

Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là.

   Simple et tranquille.

Cette paisible rumeur-là.

Vient de la ville.

__ Qu’as-tu fait, ô toi que voilà.

Pleurant sans cesse,

Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà.

De ta jeunesse ?



TOURISME : GRAVURES RUPESTRES, SKI ET RANDONNEES PEDESTRES

Je me demande si vous avez eu l’occasion de descendre dans l’âge géologique? Pour ce faire, montez en montagne. Vous avez déjà fait du ski? Alors montez en montagne. Vous avez eu l’occasion de voir des gravures rupestres sur le vif? Alors vous devez absolument aller en montagne. Trois raisons pour visiter l’Oukaimeden. Il y a une quatrieme raison que vous allez savoir plus tard.

Personnellement, je suis monté en montagne et en contemplant la structure des roches, j’ai cru vivre la longévité de l’âge géologique. J’ai eu également l’occasion de contempler quelques merveilleuses gravures en compagnie du Directeur du Parc National des Gravures Rupestres, Mr Salih Abdallah sur le plateau de l’Oukaimeden, des fois de près, mais parfois un peu de loin. Pourquoi de loin diriez-vous ? Mr Salih a peur que des intrus repèrent les gravures qu’il tient tant à protéger par simple volonté, car le parc ne concède aucun budget à ce sujet, sinon l’affectation d’un gardien qui ne peut rien devant l’immensité du territoire d’une part, et d’autre part son ouverture devant le pastorat collectif, parfois intense        

Qu’est ce que les gravures rupestres ?  Ce sont des images exécutées – peut-être – à l’aide d’un outil pointu sur des rochers généralement en haute montagne durant les périodes de la transhumance, parfois dans le désert, il y a très, très longtemps. Combien de temps diriez-vous ? Avancez une date. Avancez une date ! Eh bien rappelez vous lorsque vous vous trouvez devant de vraies gravures rupestres qu’ils ont été exécutés bien avant toutes les civilisations que vous connaissez. Imaginez un peu avec moi, longtemps avant Jésus Christ, bien avant Aristote, Platon ou encore Socrate. Elles sont considérées comme  les plus anciennes expressions symboliques que l’homme ancien ait pu laisser aux générations futures ; les experts disent ainsi et ils avancent la date de Trois mille ans à Cinq mille ans avant J.C. Les gravures des environs de Marrakech se trouvent dans 2 endroits en haute montagne : le Yagour et Oukaimeden. L’endroit le plus facile à atteindre est le site Ouka  où ces gravures sont exposées à 2600m d’altitude en plein air et parfois bien visibles. Mais ce n’est pas tellement facile, il faut être  armé de curiosité, persévérance, intérêt et patience ; et surtout il ne faut pas aller tout seul, au risque de ne rien trouver ; voire passer à coté sans s’en apercevoir ou encore les confondre avec des gravures récentes exécutées par des gens qui s’estiment talentueux. Il vaut mieux passer par la délégation du tourisme à Marrakech ou avec un peu de chance rencontrer le gardien au centre Ouka. Aussi, il faut être amateur de randonnées pédestres parce que ça nécessite beaucoup de marche.

Si vous faites le déplacement à l’Ouka, je vous conseille quatre choses à la fois, en période des neiges bien sûre, pour joindre l’utile à l’agréable.

  1.  Gravures rupestres.
  2. Randonnées Pédestres.
  3.  Ski.
  4. Prendre le télésiège au sommet du jbel Oukaimeden : En haut de cette traversée mécanique pittoresque, à 3273m d’altitude, vous pouvez siroter un café, voir la table d’orientation qui vous permet de contempler les plus hauts sommet du Haut Atlas avec indication de leur nom et altitude

N’oubliez pas de prendre des photos…BONNE CHANCE.



IBN KHALDOUNE – Comparaisons.

Ibn Khaldoune ; Abderrahmane Abou Zaid  (1332 à Tunis-1406 au Caire), fondateur de la philosophie de l’histoire et de la science de l’histoire et précurseur de la sociologie, il a affirmé une méthode fondée sur l’examen des faits historiques pour en dégager des lois économiques et sociologiques (in Grand Dictionnaire Hachette). Dans son étude intarissable – que des orientaux essayent en vain d’en limiter l’importance – consacré à l’étude multidimensionnelle de l’urbanisation et ses effets sur le caractère humain, tribal et saharien arabe, la fameuse Moqaddima  المقدمة  prolégomènes à une longue étude intitulée AL IBAR  العـبــر   ou la Grande Histoire التاريخ الكبير   Ibn Khaldoune a procédé à une comparaison très remarquable entre la vie des humains et celle des civilisations, dont la teneur est comme suit : Après la naissance, on assiste à un développement rapide avant d’atteindre l’apogée/jeunesse et age mur ; puis on assiste à la décadence /vieillesse et la fin /la mort.

Je voudrais bien emprunter cette méthode et procéder à une comparaison, mais dans un autre cadre, entre le champ de jeu des êtres humains, surtout les enfants et celui des nations ou plutôt des Etats. Dans un jeu pour enfants dont le champ est la rue, on commence par des compromis par lesquels on rappelle les règles de jeu préétablies, nonobstant les réalités des forces. Parce qu’au départ cela risque d’entraver le jeu et les plus faibles risquent de le boycotter et s’en aller définitivement ou au risque de s’unir en coalition et imposer leurs petites volontés… donc au départ, c’est toujours le consensus. Et le jeu commence pour assister en finale aux résultats. Et là, c’est  de deux choses l’une :

-  Si les Grands gagnent, c’est tant mieux, les fruits du jeu vont bien sur au gagnant qui par la suite peut procéder à une certaine redistribution, non pas au prorata, mais selon les règles du plus fort qui favorisent les alliés, les collabos…etc.

-  Si les résultats s’avèrent défavorables aux Grands et aux Forts, alors on procéde au sabotage du jeu et dire tout simplement NON le jeu a été truqué, il n’était pas légal, n’est pas licite… n’est pas raisonnable…etc. Pour en fin de compte aboutir à la conclusion-réalite : Reprendre le jeu selon de nouveaux principes. Et Sisyphe qui recommence ses ascensions interminables ainsi.

Il en est ainsi sur l’échiquier international ; avec la seule différence que les joueurs sont des représentants des Etats ; et chaque représentant équivaut à la force de son Etat.

 



De la Démographie في الديموغرافيا أو الحد من النســل

Thomas MALTHUS (1766 – 1834)  مالتــوس  fût l’un des premiers à axer ses études et recherches sur la population en rapport avec le développement économique; il considére la question démographique dans sa relation avec la production alimentaire mais d’un point de vue très pessimiste. Il est très connu pour avoir prédit que la population augmente selon une suite géomètrique (  1  - 2  -  4  -  8  -  15  -  32  -  46  -  92  . . . )  السكـان يتزايـدون بحسـب متواليـة هندسيـة سريعـة النمـو  alors que les ressources croissent selon une suite arithmétique ( 1  -  2  -  3 -  4 -  5  -  6 … )     بينمــا الخيــرات تتـزايــد بحســب متواليـة حسابيــة أي بوثيــرة نمـو بطيئــة بالنسبـة لسابقتهـا  ce qui entrainerait la paupérisation d’une grande partie de la population. Pour éviter la catastrophe, il préconise une politique de restriction démographique, à entamer par le volotariat.

Cette vision pessimiste du rapport de la croissance démographique et les ressources va amener  Charles DARWIN (1809 – 1882)    دارويــن   à la découverte de sa théorie trés connu sous le nom de « la selection naturelle » الانتقــاء الطبيعــي

Alfred SAUVY (1898 – Paris1990), économiste et emminent journaliste français sera considéré comme le père fondateur de la démographie en tant que science. Il va developper la théorie malthusienne d’une façon positive. Il a écrit plus de vingt ouvrages dont le plus important est  » Richesse » paru en 1943. 

يمكننــا أن نتســاءل عـن مـدى أهميــة نظريـة مالتــوس في العصــر الحاضــر، هــل لهـا نفـس الحضـور والقــوة والخطــورة؟ لقـد تعرضــت النظريــة لانتقــادات شديــدة في الغــرب واعتبــرت شديــدة التشــاؤم، وغيـر صحيحـة الى حـد مـا، حيـث حققــت العديـد مـن البلــدان زيــادات كبيـرة في الانتـاج وفي نفـس الوقـت انخفاضـا وتحكمـا في الولادات الشيء الذي ساهـم في خلـق الوفــرة والرفــاه. إلا أن هـذه الملاحظــة إن كانـت تصـدق علـى الـدول الغربيـة فذلـك ناتــج عـن كونهـا استطاعــت أن تقلــب معادلـة مالتــوس مـن خـلال الرفـع مـن الإنتـاج أولا ، ولكـن أيضـا مـن خــلال التحكـم في المعادلـة الديموغرافيــة من ناحيـة ثانيــة. أمـا فيمـا يخـص بلـدان العالــم الثالــث –  وللإشـارة فهـذه التسميـة مـن اختـراع ألفريــد سوفـي الـذي استعملهــا لأول مـرة فـي مقـال لـه نشــر بجريـدة  » لونوفيـل أوبسرفاتــور » سـنـة 1952 -  فإنها تتواجـد في صلب نظريـة مالتــوس حيـث تبتلــع الزيـادة الديموغرافيـة كل الإمكانـات التـي تبقـى ضئيلـة،  في تحـد صـارخ ينتـج الفقـر والهشاشـة والتهميـش والبطالـة وكل السلبيـات ومـا ينتـج عنهـا من موبقـات. وهـذه الملاحظـة في حـد ذاتهـا تثيـر إشكاليـة ذات بُعـدٍ يتطلـب الكثيـر من التحليـل الدقيــق والمتأنـي.ويحـق لنا أن نتسـاءل كيــف يعمـل المتقــدم علـى جميـع المستويـات، علـى الحـد والتحكـم في النمـو الديموغرافـي، فيمـا يبقـى المتخلفــون على كافة الأصعـدة، فاغريـن أفواههم بدون وعـي غيـر مبالين لا بحاضرهـم ولا بمستقبلهــم ولا بمستقبــل ذرياتهــم 

الواقـع أن الاختـلاف بيـن الذيـن يتوالـدون والذيـن كفـوا عـن التوالـد هـو اختـلاف في النظـر والوعـي بإمكـان الرفاهيـة وجـودة الحيـاة التي يرغبـون في عيشهـا. فالفريـق الأول يعتقــد انـه بالإنجـاب سيتمكـن مـن التغلـب علـى شظـف العيـش لأن السواعـد ستعينـه علـى الزمـان، إنـه بكـل بساطـة فريـق طوبـاوي اتكالـي، وليسـت لديـه رؤيـا واضحـة للمستقبـل. أما الفريـق الآخـر فيرى أن الإمسـاك عـن الإنجـاب سيمكنـه مـن التفـرد بدخلـه المـادي بـدل اقتسامـه مع ذريتـه، وأن ذلـك سيمكنـه مـن العيـش بحرية أكبـر ودون مسؤوليـات هـو في غنـى عنهـا، فريـق أنانـي حقيقـة، إلا أنـه برجماتـي وعملـي، لـه القدرة علـى التحكـم في نزواتـه ومستقبلـه من خـلال رؤيـة على المـدى البعيـد واضحة المعالـم. إن قضيــة اجتنـاب المسؤوليـة وعــدم تحملهـا فـي هـذا الباب بالخصـوص، هـي قضيـة ايجابيـة لأن مـن شأنهـا أن تعيـد الاعتبـار للإنسـان أمـام خالقـه وأمـام باقـي المخلوقـات الإلهيـة التـي عـرض عليهـا اللــه الأمانـة عنـد الخلــق  » فأبيـن حملهـا وأشفقـن منهـا »، وبهـذه الطريقـة  فقـط سيتمكـن بنـو آدم مـن استــرداد آدميتهـم كاملـة وتنمحـي عنهـم وصمـة العـار في قولـه تعالـى » انـه كـان ظلومـا جهـولا  

إن الحـد مــــن التناســل لا يكــون إلا بالتوعيــة. والتوعيـة يجـب أن تتـم بكافـة الوسائـل ومـن خـلال كافـة المنابـر، ولكـن أيضـا بتوفيــر الوسائـل الماديـة التـي تحقـق ذلـك. ولا بـأس مـن بعـض العوامـل التحفيزيـة لدفـع العائـلات إلـى الكـف عـن الإنجـاب. فـإن لـم تــؤدي هــذه العوامـل التحفيزيـة إلـى النتائــج المتوخــاة منهــا، فـلا مندوحـة مـن اعتمـاد القوانيـن الزجريـة الرادعـة لتحقيـق تلـك الأهـداف. هـذا مـع التأكيــد علـى ضـرورة أن تتعـرض الوصـلات التوعويـة الإشهاريـة إلى هذه العناصـر الثلاثـة حتـى يكـون الجميــع علـى بينــة مـن أمرهـم.  أمـا مشكلـة التنميـة فتكـون لاحقـة أو علـى أقـل تقديـر مرافقـة لخطـة الحـد من النســـل. لأنهـا إن كانـت سابقــة عليـها،  فسيتــم ابتلاعهـا مـن طـرف الجيــوش الديموغرافيــة التـي تتزايــد باستمــرار عامـاً تلــو عــام ، لأن الإنفجــار الديموغرافـي يحتـاج إلـى العديــد مـن التجهيـزات والبنيـــات التحتيـــة ذات التكلفـــة الباهضــة، في مقدمتهـا السكـن اللائـق بكــل مرافقـــه والمؤسسـات التعليميـة والصحية ووسائـل النقـل والترفيـه وما الى ذلك مـن تجهيـزات ، اضافـة إلى خلـق مناصـب الشغــل

ولا بـد من الإشـارة إلى أنـه فـي المسألـة الدينيـة هنـاك فـرق بيـن الإجهـاض ومنـع الحمــل… هــذا الإجـراء الأخيـر مارسـه الرســول (ص) مـن خـلال العــزل – يمكـن المقارنــة هنــا مع فكـرة العفـة الاراديـة عنـد مالتـوس – ومـا شابـه ذلـك أي كـل ما يتعلــق بالوسائــل الوقائيــة، وهــي إجـراءات مقبـولـة ومحمـودة يجـب العمـل بهـا وتشجيعهــا. كمـا أنه يمكـن توظيف الكثيـر من الأحاديـث النبويـة والآيـات القرآنيـة والحكـم في هـذا المجال مثـل قولـه تعالـى  » ولا تلقـوا بأنفسكـم إلى التهلكـة

 



DES DUALITES DE LA VIE et DES RESPONSABILITES

                             

La vie est constituée de dualités : bien-mal ; bonheur-malheur ; vie-mort ;  ici-bas et là-haut ; jour-nuit ; blanc-noir… etc. Il y’à des proverbes et citations qui sont basés sur ces dualités : Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait… On peut citer des dualités jusqu’à l’infini.

On peut procéder par succession comme : bien, bon, bonheur, réussite, succès, récompense…etc. et à l’opposé chercher les mots contraires dans une ambivalence à même de saturer le dictionnaire. Parce qu’il s’agit bien d’une ambivalence, c’est-à-dire: deux composantes de sens contraire et non d’une ambiguïté, laquelle suppose plusieurs sens à ses composantes. On peut procéder aussi par classification : il y’a des dualités naturelles ; et des dualités dues à l’action humaine ; telle que : riche pauvre ; instruit-analphabéte ; paix-guerre…

Une dualité suppose toujours la cœxistence de deux éléments différents ou de nature différente. Il y’a des dualités intrinsèques et d’autres qui sont extérieures. Le fait de penser dans un sens et un autre à la fois est une dualité intrinsèque. Comme il y’a aussi à l’intérieur de nous-même le conscient et l’inconscient, les sentiments contradictoires comme l’amour et la haine…etc. C’est cette dualité psychologique qui caractérise l’action humaine qui est elle-même de plusieurs catégories: action volontaire et action involontaire ; action sociale et action individuelle…

Il faut comprendre le sens et le système des dualités. Cette compréhension est très importante car elle nous permet de connaître la société en particulier et le monde dans lequel nous vivons en général. Peut être à partir de là on peut comprendre le système de l’alternance en politique. Même les mots et les textes n’échappent pas à la règle des dualités ni au principe de l’ambivalence. C’est pourquoi ils ont généralement un double sens ; je suis même tenté de dire : double sens dans le double sens ; le double sens dans l’exotérique et l’ésotérique. D’où cette règle magique de la grammaire arabe pour expliquer des mots vraiment ambivalents  :  Les deux sens sont valables      يجـوز فيهـا الوجهـان        Parmi les dualités – hormis celles innées ou naturelles – on est censé choisir le volet du bien en toute âme et conscience ; voire, on est sensé combattre le coté du Mal. Ceux qui optent pour le coté du mal, ne sont pas sociables tout simplement, peut-être parce qu’ils n’ont pas eus les mêmes initiations, la même éducation, voire l’environnement adéquat pour le bon développement de leurs facultés morales et intellectuelles et de leur situation sociale, que la majorité des gens. Mais cela ne veut pas dire qu’ils n’ont pas de responsabilités là dedans. Alors, qui est responsable de ce disfonctionnement?

À partir de l’approche de la responsabilisation, le rétablissement de cette situation incombe en grande partie aussi bien à ces personnes et à leur famille, qu’à la Formation Sociale en général et à l’école en particulier, et aux responsables qui n’assument pas les prérogatives qui leurs sont dévolues. Dans ce cas, il faut avoir le courage de se dessaisir des devoirs et charges qu’on estime assez lourds.

Il y’a une notion fondamentale qui, telle une loi ou règle de droit, nul n’est censé ignorer, c’est qu’il ne faut jamais se dessaisir de ses responsabilités et  rejeter tout sur les tiers comme étant les seuls responsables de nos malheurs et de celles de la société. Il faut se dire constamment : si je ne fais pas mon devoir personne ne le fera à ma place.  

Oui, Nous sommes tous Responsables. Qui ça : Nous ? Eh bien, moi, toi, l’autre…chacun de nous et tous ensemble, et cela avant d’arriver à la Société et à l’Etat. Chacun à une part de responsabilité, et chacun doit assumer sa responsabilité. On doit tout d’abord tracer les grandes lignes de la responsabilité et à l’inverse, modeler un code, ou du moins un canevas  des actions à éviter pour justement assumer pleinement notre responsabilité.

Au réfléchir sur le système des dualités, on constate qu’ils ont un rapport trop étroit avec la dialectique. La dialectique suppose la confrontation de deux idées totalement différentes, mais en relation l’une avec l’autre, de façon vitale, sans quoi leur confrontation n’aboutirait à aucun résultat. Il s’agit de la thèse et l’antithèse, qui, à partir de leur confrontation résulte la synthèse.

Les dualités constituent la vie, laquelle est une vraie dialectique avec une thèse, une antithèse et à partir du rapport entre les deux, résulte la synthèse. C’est extrêmement simple. Cette synthèse, c’est la vie elle-même. Et la vie est notre première grande responsabilité, à partir de laquelle découlent toutes les responsabilités.



12